Kaká et Juninho soutiennent la campagne “Ne détournez pas le regard!”

Affiches Juninho et Kaká

logo_Don t look awayA quelques jours du coup d’envoi de la Coupe du Monde de football, la campagne de sensibilisation « Ne détournez pas le regard ! » rappelle aux supporters qui se rendront au Brésil les risques liés au recours à la prostitution enfantine dans un pays particulièrement touché par ce phénomène. Dans cette dynamique de sensibilisation, les joueurs de football brésiliens Kaká et Juninho s’unissent à cette campagne en lançant un message commun de prévention: « Pendant la Coupe du Monde de football, restez un supporter responsable ».

Menée par l’association ECPAT France et son réseau européen, avec le soutien de l’Union européenne, le Service Social de l’Industrie du Brésil (SESI), AIRFRANCE KLM, le journal L’EQUIPE et le gouvernement brésilien, la campagne « Ne détournez pas le regard ! » rassemble de multiples acteurs institutionnels, touristiques, sportifs et associatifs dans la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme.

KakáJuninhoLe lien entre les événements sportifs et l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme n’est pas direct mais les risques sont réels. L’augmentation exceptionnelle du nombre de touristes dans les 12 villes hôtes de la Coupe du Monde de football peut entraîner une hausse proportionnelle du nombre de touristes sexuels. Les autorités brésiliennes estiment que 600 000 touristes étrangers et 3 millions de brésiliens sont attendus dans le cadre de la Coupe du Monde de football dans un contexte qui présente certains risques. En effet, la police fédérale brésilienne estime qu’environ 250 000 mineurs de moins de 18 ans sont en situation de prostitution au Brésil.

Les supporters de football ne constituent pas particulièrement un groupe à risque mais ils pourraient se retrouver dans des situations dans lesquelles ils deviendraient des « touristes sexuels occasionnels ». Par opposition aux touristes sexuels préférentiels (ceux-ci voyagent dans l’intention d’avoir des relations sexuelles avec des mineurs), les touristes sexuels occasionnels se laissent tenter sur place par une « expérience » avec un(e) mineur(e) en situation de prostitution. L’ambiance particulièrement festive et exotique, le manque d’information, les préjugés culturels, le sentiment d’impunité lié à l’anonymat dans le pays étranger et le désir de nouvelles expériences contribuent à favoriser le passage à l’acte du touriste sexuel occasionnel.

Au-delà des messages de sensibilisation, ECPAT France rappelle aux potentiels touristes qu’une fois sur place, s’ils sont témoins d’abus sexuels sur mineurs, le numéro d’écoute 100 est à leur disposition pour signaler aux autorités brésiliennes les cas d’exploitation sexuelle. De même, afin de lutter contre l’exploitation sexuelle des mineurs dans le tourisme, la France a adopté des lois extraterritoriales. Ainsi, un ressortissant français – et également un résident habituel sur le territoire français – ayant commis des abus sexuels sur mineurs à l’étranger pourra être poursuivi sur place mais également à son retour de voyage. Les peines prévues en France pour le recours à la prostitution de mineurs vont de 3 à 7 ans de prison.

FacebookTwitterGoogle+
Publié dans Actualités, Toutes nos actus
Suivez-nous
Rejoignez-nous sur : Google Plus
1228 personnes aiment Ecpat France
Le cercle Ecpat
Découvrez les entreprises, institutions, fondations qui font partie du cercle ECPAT
En savoir plus