Fanja, obligée par sa mère à se prostituer

Témoignage Mada

Fanja* est abusée par son oncle maternel depuis ses 14 ans. Un jour, prenant son courage à deux mains, elle décide d’en parler à ses parents. Ils ne la croient pas. Alors qu’elle se rapproche de son ami d’enfance pour se confier, elle entre dans une relation amoureuse avec lui. Quand sa mère apprend qu’elle fréquente ce garçon, elle est furieuse et le menace, lui et sa famille. Malgré les tensions entre les familles, les deux jeunes continuent de se voir en cachette.

Bientôt, la mère de Fanja l’oblige à fréquenter les boîtes de nuits et les karaokés : « Tu dois contribuer aux dépenses de la famille, tu dois nous aider à nous sortir de la pauvreté. Tu es une fille, c’est normal. Tu dois trouver un petit ami vazaha (un étranger) pour sortir la famille de la misère». Lorsque Fanja rentre bredouille le matin, sa mère l’insulte et la menace de la mettre dehors définitivement.

A 15 ans, et sous la pression familiale, Fanja quitte le collège et entre dans la prostitution. Grâce aux trafics de papiers et à la corruption d’un fonctionnaire, sa mère a obtenu une carte d’identité indiquant que sa fille est majeure. Avec cette carte et « grâce » aux achats que la mère fait pour rendre sa fille plus attirante (bijoux, vêtements, etc…), Fanja est contrainte de sortir tous les soirs dans les discothèques que fréquentent les vazahas. La mère fixe le tarif : de 20 000 MGA la passe (5 euros) à 200 000 MGA la nuit (50 euros). Elle accepte parfois les nationaux qui ne paient que 10 000 MGA.

Apres quelques mois de prostitution avec des touristes de passage, vazahas ou malgaches, Fanja a un petit ami vazaha, un français. La mère est satisfaite et le français promet qu’à son retour en septembre 2013, il épousera Fanja. Il lui achète des vêtements, des chaussures et, juste avant de prendre l’avion, lui donne un peu d’argent (200 000 MGA) que la mère récupère. En septembre, personne. Le vazaha ne reviendra pas, en tout cas, pas chez Fanja. Il a trouvé une autre jeune fille…. La famille de Fanja lui en veut: « tu n’as pas su le garder, tu n’as pas bien fait l’amour avec lui, il n’a pas aimé ta façon de lui faire l’amour, tu as intérêt à en retrouver un autre et à le garder ». Fanja fréquente de nouveau les discothèques, la peur au ventre.

Son ami d’enfance veut la protéger de tout ça. Elle lui fait confiance, c’est bien un des rares petits copains qui ne poussent pas sa copine à la prostitution. Les filles de son âge qu’elle croise la nuit sont souvent poussées par leur copain ou par leur famille, comme elle. Avec l’aide de son ami, Fanja va porter plainte contre ses parents auprès d’une organisation de protection de l’enfance. *Afin de préserver l’anonymat de la mineure victime, son prénom a été changé. 

FacebookTwitterGoogle+
Publié dans Carrousel home, Toutes nos actus
Suivez-nous
Rejoignez-nous sur : Google Plus
1358 personnes aiment Ecpat France
Le cercle Ecpat
Découvrez les entreprises, institutions, fondations qui font partie du cercle ECPAT
En savoir plus