Exploitation sexuelle des enfants dans les voyages et le tourisme

Elle se définit comme "l’exploitation sexuelle d’enfants par les personnes qui voyagent d’un endroit à un autre et qui s’adonnent à des actes sexuels avec des mineurs."
ECPAT International, 2008
ESET

L’exploitation sexuelle des enfants dans les voyages et le tourisme n’est pas une forme de tourisme. C’est la raison pour laquelle ECPAT recommande de ne plus parler de « tourisme sexuel » mais bien d’ »exploitation sexuelle des enfants dans les voyages et le tourisme ». En effet cette forme d’exploitation est directement liée à la prostitution des enfants mais s’effectue à travers les structures mises en place pour les voyages et le tourisme et s’opère en dehors de la zone de résidence des auteurs d’abus. Souvent, ceux-ci voyagent d’un pays plus riche vers un pays moins développé, mais il peut également s’agir de personnes voyageant dans leur propre pays ou région. 

 Un phénomène en constant développement 

Le développement récent de ce phénomène est lié à différents facteurs, tels que la pauvreté grandissante dans les pays en développement et l’augmentation des flux de voyageurs, due notamment à la démocratisation du voyage. La banalisation de l’usage commercial du corps ou encore le climat d’anonymat créé par le contexte du voyage qui éloigne le voyageur des codes sociaux déterminant habituellement son comportement dans son pays ou région d’origine, sont d’autres éléments expliquant l’amplification du phénomène.

 Les pays les plus touchés 

Des pays comme la Thaïlande ou le Brésil sont particulièrement connus pour être le théâtre de cette forme d’exploitation sexuelle des enfants. Toutefois, les destinations de l’exploitation sexuelle des enfants dans les voyages et le tourisme évoluent rapidement et fréquemment. Dès que la prévention et les efforts de protection s’intensifient dans un pays, le pays voisin peut à son tour connaître un développement de ce phénomène. Cette « migration du fléau » s’est notamment produite au Cambodge, au Laos et au Vietnam du fait de la mise en place, en Thaïlande, d’une politique de prévention et de répression pour lutter contre l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme. Au-delà de l’Asie, de nombreux pays en Amérique centrale et du sud (Brésil, Bolivie, Cuba, République Dominicaine..), en Afrique (Afrique du Sud, Zambie, Kenya, Madagascar, Sénégal, Maroc, Cameroun..) ou en Europe de l’est sont aussi victimes de ce fléau.

 Les pays émetteurs 

A l’inverse, les pays d’origine de ces voyageurs sont avant tout des pays occidentaux : pays d’Europe de l’Ouest, Australie, Etats-Unis, Canada, Nouvelle Zélande, Japon, mais également Corée, Chine, Russie… La suprématie économique des pays émetteurs et l’absence de lois des pays récepteurs sont des raisons souvent évoquées pour expliquer ces flux.

Suivez-nous
Rejoignez-nous sur: Google Plus
1358 personnes aiment Ecpat France
Le cercle Ecpat
Découvrez les entreprises, institutions, fondations qui font partie du cercle ECPAT
En savoir plus