Prostitution des enfants

On entend par prostitution des enfants le fait d'utiliser un enfant aux fins d'activités sexuelles contre rémunération ou toute autre forme d'avantage

Source: Protocole facultatif à la Convention Internationale des Droits de l’Enfant concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants
prostitution enfantine

La prostitution des enfants n’implique pas forcément une transaction monétaire et peut aussi bien concerner une rémunération en nature telle que de la nourriture, un abri, une promesse de protection ou encore une faveur comme des meilleures notes scolaires. Cependant, un enfant ne choisit pas d’exercer la prostitution, il y est forcé par des circonstances, des valeurs, des normes sociales, ou des personnes abusives. Ce sont les adultes qui créent la prostitution des enfants à travers leur demande, leur abus de pouvoir et leur désir de profit. A ce titre, les expressions de type « enfant prostitué » ou « enfant travailleur du sexe » dénaturent la réalité impliquant un choix de la part de l’enfant. 

 Un phénomène planétaire 

La prostitution enfantine est un problème mondial qui n’a cessé de s’intensifier au cours des dernières décennies. Touchant plus particulièrement les pays en développement, cette forme d’exploitation sexuelle des enfants est cependant présente dans tous les pays.  L’Asie est depuis longtemps un continent très touché par la prostitution enfantine. De nombreux pays sont concernés: la Thaïlande, le Cambodge, les Philippines, le Népal, le Sri Lanka, l’Inde, la Chine, etc. En 2009, en Inde, la police fédérale estimait l’existence de plus de 1,2 million d’enfants victimes de prostitution.[1]  L’Amérique latine est également gravement touché, notamment car le continent regroupe le plus grand nombre d’enfants abandonnés ou ayant fui leur domicile. Le Brésil, la Bolivie, le Costa Rica, Cuba, le Mexique, la République Dominicaine, entre autres, sont ainsi largement concernés par ce fléau. Au Mexique, par exemple, plus de 16 000 enfants sont en situation de prostitution, plus particulièrement dans les destinations touristiques. [2]  En Afrique, la prostitution enfantine est en augmentation dans de nombreux pays mais il est difficile d’évaluer la situation avec exactitude. Sur ce continent, de nombreux tabous persistent autour de l’exploitation sexuelle des enfants. Parmi les pays les plus touchés se trouvent la République Démocratique du Congo, le Nigéria, la Sierra Leone, l’Afrique du sud, l’Ethiopie, la Zambie, le Kenya, le Sénégal… En Afrique du Sud, par exemple, entre 28 000 et 38 000 enfants seraient victimes de prostitution.[3]  Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les enfants victimes sont aussi très nombreux, notamment au Maroc et en Egypte, et le manque de données statistiques ne fait qu’accroître l’incertitude sur l’étendue réelle de l’exploitation sexuelle dans ces régions.  En Europe de l’Est, depuis l’effondrement des régimes soviétiques, la prostitution enfantine s’accroît dans les rues, les bars, les gares et sur les routes. Beaucoup de pays sont concernés comme la Hongrie, la République tchèque, les pays de l’ex-Yougoslavie, l’Estonie, la Lituanie, la Russie, l’Ukraine, la Roumanie… En Lituanie, on estime qu’entre 20 et 50% des personnes en situation de prostitution sont mineures.[4] La prostitution des mineurs existe également dans les pays occidentaux. Toutes les capitales européennes ainsi que les grandes villes américaines sont touchées par ce fléau. Si ces villes sont fréquemment le point d’arrivée des routes internationales de la traite, les enfants victimes ne sont pas seulement des étrangers mais aussi des nationaux de ces pays.

 Principaux constats en France 

Il n’existe aucune donnée fiable qui permette d’estimer le nombre de mineurs victimes de prostitution sur le territoire français. Selon les associations, ceux-ci seraient entre 6 000 et 10 000 filles et garçons.[5] Les pouvoirs publics en minimisent bien souvent l’importance, mais les acteurs de terrain constatent au quotidien la réalité d’une telle exploitation et de l’augmentation du nombre d’enfants victimes.

 Origine des mineurs en situation de prostitution en France (non exhaustif) 

La majeure partie des situations de prostitution de mineurs en France peut se traduire par deux réalités :

  • Les mineurs étrangers provenant d’Europe de l’Est et d’Afrique qui, pour la plupart, dépendent de réseaux de traite.

D’après les informations collectées, les filles viennent principalement d’Europe de l’Est (Roumanie, Bulgarie, Ukraine, République Tchèque, Ambanie…) et d’Afrique (notamment Nigéria et Ghana) et les garçons proviennent en majorité d’Europe de l’Est (notamment Roumanie) ou sont originaires du Maghreb et d’Afrique.

  • Les mineurs, français ou étrangers, obligés de se prostitués pour survivre (« prostitution de survie »).

[1] http://edition.cnn.com/2009/WORLD/asiapcf/05/11/india.prostitution.children/index.html? [2] La explotación sexual de niños y niñas en México, Elena Azaola Garrido, 2003. [3] http://www.news24.com/SouthAfrica/News/38-000-child-prostitutes-in-SA-20040511 [4] UNICEF, Profiting From Abuse: An Investigation into the Sexual Exploitation of our Children, 2001.

[5] Adrienne O’Deye et Vincent Joseph, cabinet Anthropos, “La prostitution de mineurs à Paris: données, acteurs et dispositifs existants”, octobre 2006.

Suivez-nous
Rejoignez-nous sur: Google Plus
1358 personnes aiment Ecpat France
Le cercle Ecpat
Découvrez les entreprises, institutions, fondations qui font partie du cercle ECPAT
En savoir plus