12 juin : Journée mondiale contre le travail des enfants

image travail des enfants

Dans le monde, près de 200 millions d’enfants sont contraints de travailler[i]. Les conditions de travail, très souvent dangereuses et subies en toute clandestinité, ainsi que la pauvreté persistante peuvent alimenter des situations d’exploitation sexuelle.

Considérée par l’Organisation Internationale du Travail comme l’une des pires formes de travail, l’exploitation sexuelle des enfants sévit sur les cinq continents malgré l’existence d’un arsenal de lois nationales et internationales. Chaque année, des millions d’enfants sont victimes d’exploitation sexuelle à des fins commerciales.

Objectif n°1 : identifier les victimes

En situation de prostitution, de traite à des fins sexuelles, ou encore, d’exploitation sexuelle dans les voyages et le tourisme, les enfants victimes des pires formes de travail se retrouvent très souvent isolés et sans accès à la justice ni aux services d’aide sociale à l’enfance.  Au-delà de la mise en place de politiques d’accès à l’éducation et de réduction de la pauvreté, il est vital de pouvoir repérer les victimes et de condamner les abuseurs sexuels. Dans cette optique, le réseau d’associations ECPAT (End Child Prostitution And Trafficking), en collaboration avec Interpol, Europol et les polices nationales, met à la disposition des voyageurs et des touristes une plateforme de signalement en ligne des cas potentiels de recours à la prostitution enfantine à l’étranger. Accessible à l’adresse www.reportchildsextourism.eu et téléchargeable sur les Smartphones Android, cette plateforme permet à n’importe quelle personne témoin d’une situation douteuse de faire remonter des informations directement aux autorités policières de son pays. En fonction des éléments transmis, celles-ci détermineront si une enquête peut être ouverte à l’international.

Les vacances d’été : une période délicate

Le nombre de touristes internationaux sur la période allant de juin à août représente un tiers du total annuel des flux touristiques[ii]. La prostitution des enfants étant très présente sur de nombreuses destinations, il est nécessaire de redoubler d’efforts pour sensibiliser sur l’impact nocif de l’exploitation sexuelle sur les mineurs. Un contexte festif, un sentiment d’anonymat et une « offre » abondante dont l’âge n’est pas explicitement annoncé sont des facteurs qui peuvent favoriser un passage à l’acte non prémédité de la part de touristes insoucieux ou malveillants. Si l’impunité des abuseurs reste prédominante, c’est en partie à cause du nombre quasi inexistant de signalements portés aux autorités compétentes. Le véritable enjeu de la plateforme de signalement créée par ECPAT est de générer un « réflexe civique » de la part des témoins et d’ainsi pouvoir porter assistance aux enfants en situation de prostitution. En ce qui concerne la législation française, un ressortissant français, ou résident habituel sur le territoire français, peut être jugé en France pour avoir eu recours à la prostitution de mineurs, et condamné de 3 à 7 ans de prison, même si l’infraction a été commise à l’étranger.

Téléchargez l’application Android sur : https://play.google.com/store/apps/details?id=eu.report.app

Ou visitez le site www.reportchildsextourism.eu

 

 

[i] Organisation Internationale du Travail – Rapport mondial 2013 http://www.ilo.org/ipec/Informationresources/WCMS_222493/lang–fr/index.htm

[ii] Organisation Mondiale du Tourisme – Communiqué du 30 octobre 2014 http://media.unwto.org/fr/press-release/2014-10-31/dynamisme-soutenu-du-tourisme-international

FacebookTwitterGoogle+
Publié dans Actualités, Carrousel home, Toutes nos actus
Suivez-nous
Rejoignez-nous sur : Google Plus
1358 personnes aiment Ecpat France
Le cercle Ecpat
Découvrez les entreprises, institutions, fondations qui font partie du cercle ECPAT
En savoir plus